La crise sanitaire liée au Coronavirus frappe l’Europe toute entière.

La quasi-totalité des concessions et revendeurs automobiles ont baissé leurs rideaux pour cause de confinement.

La plupart des salons majeurs de la profession ont été reportés jusqu’à nouvel ordre.

Le Mondial parisien de l’Automobile a d’ores et déjà été annulé.

Le marché de l’automobile à l’arrêt accuse le coup, d’autant plus que le déconfinement total n’interviendra pas avant quelques temps.

Un marché français durement touché dans le contexte actuel

Cette crise automobile est probablement la plus grave de son histoire.

Elle va nécessairement avoir des conséquences notables sur l’économie mondiale, et tout particulièrement sur l’industrie de l’automobile.

L’achat d’un véhicule automobile est précisément un projet que les clients n’hésitent pas à repousser en période d’incertitude.

Les ventes d’automobiles ont considérablement chuté depuis le début de la pandémie.

En l’absence de clients et de concessions ouvertes, les constructeurs Peugeot, Renault, Toyota ont fermé leurs usines de production.

Au mois de mars 2020, avec 62.668 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves était en baisse de 72,2%, comparativement à mars 2019 (données CCFA).

Sur les trois premiers mois de l’année 2020, avec 364.679 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves était en baisse de 34,1%, comparativement à mars 2019 (données CCFA).

BON A SAVOIR :

Le Comité des constructeurs français d’automobiles, anciennement dénommé Chambre syndicale des constructeurs automobiles, est le syndicat professionnel des constructeurs d’automobiles en France.

C’est un syndicat adhérant au MEDEF et un lobby.

Un marché européen moins durement touché

Au plan européen, les constructeurs souffrent diversement des effets cette crise sanitaire.

Certains constructeurs sont moins impactés que d’autres.

Selon les informations communiquées par l’association des constructeurs européen d’automobiles (ACEA), la vente des voitures particulières neuves en Europe était en baisse de 51,8%, comparativement à la même période en 2019 (données ACEA).

Les constructeurs sont cependant différemment impactés :

  • – 68,00 % pour Peugeot
  • – 77,00 % pour Fiat Chrysler
  • – 65,00 % pour Ford
  • – 35,90 % pour Kia
  • – 34,40 % pour Mercedes
  • + 2,00 % pour Tesla
  • + 26,00 % pour Porsche

Quelques données chiffrées de l’industrie l’automobile

13,8 millions d’européens travaillent directement ou indirectement dans le secteur de l’automobile (6,1% de tous les emplois dans l’Union Européenne).

Les véhicules à moteur représentent 428 milliards d’euros de taxes dans les seuls pays de l’UE15 (Europe des Quinze).

Le secteur de l’automobile génère un excédent commercial de 84,4 milliards d’euros.

Le chiffre d’affaires qui est généré par l’industrie automobile représente plus de 7% du PIB.

Le secteur automobile investit chaque année 57,4 milliards d’euros dans la recherche et le développement (R&D).

Comment relancer le marché de l’automobile ?

L’industrie de l’automobile est un véritable moteur de création d’emploi et de croissance.

Jusqu’à présent, près de 14 millions de personnes en Europe travaillaient dans l’industrie automobile avant cette crise sanitaire.

Aujourd’hui, plus de 1,1 million de salariés sont touchés par les fermetures d’usines.

Au total, le secteur de l’industrie automobile fournit des emplois indirects et directs à quelques 13,8 millions de personnes dans l’Union européenne.

Tous les acteurs de l’industrie automobile se concertent aujourd’hui activement pour réussir la relance du marché de l’automobile.

Ils ont signé un code de conduite professionnel commun pour soutenir le redémarrage de la production à l’issue de la période de confinement.

De leurs côtés, les gouvernements, conscients de l’enjeu, s’apprêtent à soutenir l’industrie automobile…

Comme cela avait été le cas en 2008, lorsque le gouvernement français avait instauré les primes à la casse pour soutenir les ventes de véhicules.

Si besoin était, des nationalisations ne sont pas à exclure par des montées en capital.

Idéalement, l’industrie de l’automobile pourrait alors connaître un effet de rattrapage au second semestre 2020, avec une dynamique accrue en 2021.

Dans le cas contraire, le secteur pourrait être confronté à une réduction de la production automobile et des fermetures d’unités de production.

Qu’en est-il du marché de l’automobile de collection ?

Pour les professionnels du véhicule de collection, les temps sont tout aussi difficiles.

Pandémie oblige, ils ont été contraints eux aussi de baisser leurs rideaux.

Ils sont évidemment tous fermés, l’achat d’une voiture de collection n’étant pas considéré comme un achat de première nécessité.

Et même le nombre d’annonces de ventes en ligne de particulier à particulier périclite.

Il faudra patienter si vous prévoyiez d’acheter ou de vendre un véhicule de collection.

 

 

 

 

 

 

L’industrie automobile touchée de plein fouet par la crise du Covid-19

Publié le 27/04/2020

Auteur : Thierry de Franceschi – Mascotte Assurances