Plus de 60.000 accidents de circulation sont dénombrés chaque année en France, et près de 5.000 d’entre eux sont des accidents corporels.

Que vous circuliez au volant de votre véhicule d’usage courant ou de votre voiture de collection, vous n’êtes malheureusement pas à l’abri d’un accident.

Voici donc quelques conseils pratiques qui vous aideront en de pareilles circonstances.

Que faire si vous êtes victime d’un accident de la circulation ?

Si vous êtes victime d’un accident de la circulation, vous devez en premier lieu :

  • Stationner votre véhicule dans un endroit qui ne gêne pas la circulation et l’arrivée des secours ;
  • Allumer vos feux de détresse ;
  • Mettre en sécurité les occupants du véhicule ;
  • Alerter les secours ;
  • Signaler l’accident en plaçant un triangle de présignalisation à 200 mètres en amont de l’accident ;

Puis, établissez un constat amiable d’accident, et déclarez au plus vite l’accident à votre assureur.

Ce document favorise le traitement de votre dossier d’indemnisation car il contient tous les renseignements nécessaires à l’instruction de votre dossier d’indemnisation :

  • Date, lieu et circonstances détaillées de l’accident ;
  • Coordonnées exactes des parties en cause ;
  • Coordonnées des assureurs respectifs ;
  • Numéros des contrats d’assurance ;
  • Dégâts matériels apparents des véhicules impliqués.

Pour que le document puisse être rapidement instruit, il est indispensable de renseigner et signer la partie recto du constat amiable avec l’autre conducteur impliqué sur les lieux mêmes de l’accident. Tout litige sera ainsi évité, car seule la partie recto peut être opposée aux signataires. La partie verso pourra être renseignée individuellement (profession, motif du déplacement, adresse du garage où le véhicule sera visible, autres précisions sur les circonstances…).

Bon à savoir :

Les conventions passées entre les sociétés d’assurance permettent aux assurés, dans la grande majorité des circonstances, d’être indemnisés plus rapidement et directement par leur propre assureur. La convention IRSA (convention d’indemnisation directe de l’assuré et de recours entre les sociétés d’assurance automobile) porte sur l’indemnisation des dommages matériels. La convention IRCA porte sur l’indemnisation des dommages corporels (convention d’indemnisation et de recours corporel automobile).

Comment réagir s’il y a des blessés ?

Que vous soyez impliqué ou non dans un accident de la circulation, vous devez impérativement porter secours aux victimes :

  • Appréciez l’état des  victimes ;
  • Pratiquez les premiers gestes de secours, si les personnes sont inconscientes ;
  • Placez les blessés en position latérale de sécurité ;
  • Couvrez les blessés et réconfortez les en parlant avec eux ;
  • Sollicitez l’aide des personnes présentes sur les lieux de l’accident ;
  • Compressez sans attendre une plaie en présence d’une hémorragie importante ;
  • Eviter de retirer les vêtements aux blessés, ou le casque à un motard ;
  • Ne leur donner ni à boire, ni à manger ;

Quittez immédiatement les lieux si vous n’êtes pas impliqué, ni même secouriste ou témoin direct des circonstances de l’accident.

Chaque assureur indemnise directement son assuré

Chaque assureur indemnise directement son assuré dans la mesure où celui-ci a un droit à indemnisation.

Généralement, les informations portées sur le constat amiable d’accident suffisent pour déterminer les responsabilités respectives des conducteurs impliqués.

La procédure accélérée de règlement est applicable pour tout accident impliquant au moins deux véhicules terrestres à moteur assurés auprès de sociétés adhérentes à la convention IRSA.

L’assureur du conducteur dont la responsabilité ne serait pas engagée, indemnise son client pour le compte de l’assureur du conducteur responsable. A contrario, et en cas de responsabilité, même partielle, celui-ci est indemnisé uniquement s’il a souscrit un contrat d’assurance avec une garantie dommages tous accidents.

Cette convention s’applique aux accidents survenus dans l’Union Européenne entre les véhicules dont l’assurance a été souscrite en France métropolitaine ou en Principauté de Monaco auprès de sociétés adhérentes. Pour les accidents mettant en cause plus de deux véhicules, la convention IRSA s’applique seulement aux accidents de la circulation survenus en France métropolitaine ou en Principauté de Monaco, sauf si les véhicules impliqués sont tous immatriculés en France et garantis par des sociétés adhérentes à la convention IRSA.

Il peut y avoir désaccord sur la détermination des responsabilités respectives, notamment lorsque l’autre conducteur refuse de compléter ou de signer le constat amiable. Vous devrez alors relever le numéro d’immatriculation de son véhicule, et solliciter le témoignage des personnes ayant assisté à l’accident. Remplissez le constat amiable d’accident en signalant le refus de l’autre conducteur de signer ce constat.

Si l’autre conducteur prend la fuite après l’accident, notez soigneusement son numéro d’immatriculation et prévenez immédiatement les forces de l’ordre pour signaler les faits, tout en veillant à déposer plainte pour des faits de délit de fuite. Remplissez le constat amiable en mentionnant le délit de fuite de l’autre conducteur, et en transmettant le document accompagné de l’original du dépôt de plainte.

Si lors de l’accident, une personne est blessée, les forces de l’ordre établiront un procès-verbal de constatation sur les circonstances de l’accident et relèveront l’identité des conducteurs impliqués, passagers, et témoins le cas échéant. Il faudra malgré tout déclarer cet accident à l’assureur.

Des voitures de collection moins impliquées dans les accidents au quotidien

Chacun aura compris que le moindre coût des cotisations d’assurance d’une voiture de collection s’explique par un moindre taux de sinistralité des véhicules de collection.

Alors que tous les constructeurs d’automobiles vantent les mérites des dispositifs de sécurité dont leurs véhicules sont équipés, il n’en demeure pas moins que les véhicules de collection sont généralement moins impliqués dans un accident de la circulation que les autres.

Leurs propriétaires sont extrêmement précautionneux, et apportent un soin attentif à leurs véhicules de collection.

Le facteur humain joue également, avec des collectionneurs seniors plus attentifs aux dangers de la route.

Leurs comportements sur la route sont aussi moins risqués que les autres automobilistes.