Vers la fin du permis de conduire à vie ?

Depuis des décennies, le concept du permis à vie s'ancre dans notre société comme un symbole de liberté et de mobilité.

Aujourd’hui, l'idée d'un permis de conduire valable à vie est remise en question. Cela donne naissance à un débat sans précédent sur la nécessité d'une réglementation plus stricte et d'une responsabilité accrue.

Les partisans de la fin du permis à vie argumentent que la sécurité routière et l'évolution des technologies exigent une évaluation régulière des aptitudes des automobilistes.

Les opposants à cette idée soulignent l'importance de la liberté individuelle et de la confiance accordée aux conducteurs expérimentés. Ils craignent également une bureaucratisation excessive et des coûts supplémentaires pour les automobilistes seniors.

Les députés européens prochainement appelés à trancher la question

Les députés européens seront prochainement amenés à se prononcer sur la fin du permis de conduire à vie.

Cette proposition de loi, initiée par l’eurodéputée française Karima Delli (EELV), présidente de la Commission des Transports, veut instaurer une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour tous les conducteurs, sans distinction d’âge.

Un débat sur un sujet sensible qui se tiendra au niveau européen dès la semaine prochaine.

Une proposition visant à réduire la mortalité sur les routes

L’objectif énoncé est de réduire la mortalité sur les routes pour atteindre l’objectif zéro mort en 2050.

Si la proposition de loi venait à être adoptée au plan européen, cette mesure s’appliquerait inexorablement alors à la France, puisque les directives européennes doivent s’appliquer à tous les pays membres.

Une décision attendue le 27 février prochain, date à laquelle les députés européens seront appelés à se prononcer sur la question.

Dès lors, tout détenteur d’un permis de conduire serait alors tenu à une visite médicale obligatoire tous les 15 ans.

Des français pourtant favorables à une évaluation de la conduite

D’après une étude Opinionway publiée en 2021, près de 3 français sur 4 seraient favorables à un examen médical pour les conducteurs séniors âgés de plus de 65 ans. Alors qu’inversement, seulement un peu plus de 1 sénior sur 2 serait favorable à cette mesure.

Rien d’étonnant lorsque l’on sait que les conducteurs séniors sont moins impliqués que d'autres conducteurs dans les accidents mortels de la circulation. Moins de 10% contre près de 20% pour les conducteurs de moins de 25 ans.

Ils ne sont donc pas favorables à l'idée d’effectuer des stages de conduite obligatoires, et d’un permis de conducteur à durée limitée.

Des conducteurs seniors principalement visés par cette proposition de loi

Toujours d’après une étude de l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, la France est confrontée à un vieillissement de sa population. Les estimations de l'Institut National d'Études Démographiques (INED) évoquent une augmentation démographique de 10 % pour la catégorie des plus de 75 ans d'âge entre 2020 et 2030, et de 57 % entre 2020 et 2040.

Un constat implacable alors que les statistiques routières démontrent que le taux de responsabilité des conducteurs seniors de plus de 65 ans impliqués dans des accidents mortels de la circulation, tout comme celui des conducteurs de 18 à 24 ans est supérieur à celui des autres conducteurs. Plus de 78% d’entre eux seraient considérés comme responsables selon un bilan de la Sécurité Routière.

Une dégradation des sens qui rend les usagers de la route seniors plus vulnérables

L’âge aidant, le vieillissement altère la perception visuelle et auditive des seniors. Cela entraîne une baisse de l'attention, de la vigilance et de la perception des risques.

La diminution de ces facultés explique qu’ils font partie des usagers de la route les plus impliqués dans les accidents mortels de la circulation. Ceci étant dit, même s’ils comptent pour une part importante des accidents mortels, ils en sont très fréquemment les victimes, particulièrement en tant que piétons.

Et même si l’automobile est le plus souvent synonyme de liberté et d’évasion pour les conducteurs seniors, elle n’en demeure pas moins indispensable pour ceux qui vivent tout particulièrement en milieu rural.

 


assurance protection juridique

Assurance protection juridique, une
protection efficace contre les vices cachés

Vous avez acheté une voiture de collection qui montre quelques signes d'un possible défaut entretien par le passé. Nous vous conseillons de souscrire à une assurance collection.

Même si la présence d'un vice caché est un motif légitime d'annulation de la vente ou de réduction du prix d'achat, vous ignorez comment vous y prendre pour faire entendre raison au vendeur.

Nul doute qu'une assurance  protection juridique pourra vous accompagner dans la résolution de ce litige.

Définition du vice caché et recours de l'acheteur

Par définition, un vice caché est un défaut imperceptible au moment de l'achat, rendant le véhicule impropre à l'usage auquel on le destine.

Au moment de l'achat d'un véhicule, neuf ou d'occasion, l'acheteur est protégé contre le vendeur particulier ou professionnel par une garantie des vices cachés édictée à l'article 1641 du Code Civil.

Cet article du Code Civil stipule que " Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l'usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l'acheteur ne l'aurait pas acquise, ou n'en aurait donné qu'un moindre prix, s'il les avait connus".

En présence d'un vice caché, l'acheteur peut obtenir l'annulation de la vente ou la diminution du prix de vente du véhicule. En cas d'annulation de la vente, l'acheteur peut même obtenir le remboursement du prix d'achat réglé et des frais occasionnés par la vente.

Rester zen en en toutes circonstances avec une assurance protection juridique

Cette garantie d'assurance facultative s’avère souvent indispensable lors de la survenance d’un différend avec un vendeur.

Dans un environnement juridique toujours plus réglementé, les litiges ont tendance à se multiplier.

Aussi, il est recommandé de souscrire une assurance protection juridique pour vous permettre d’être représenté ou défendu en pareille situation.

D'autant plus que vous ne possédez pas les connaissances nécessaires pour vous défendre efficacement.

Une garantie d'assurance collection pour être assisté à l'amiable comme au judiciaire

Mieux vaut pouvoir se reposer sur le soutien et l'expertise de professionnels pour faire valoir ses droits et trouver une solution amiable en cas de litige.

La garantie d’assurance protection juridique permet d'être assisté dans une procédure amiable ou judiciaire contre un tiers.

Et si le procès est inévitable, un avocat conseil est mandaté pour vous accompagner tout au long de la procédure, y compris pour faire appliquer les décisions de justice.

avocat

Cette garantie prend en charge le coût des démarches et interventions nécessaires au règlement du litige : frais et honoraires d'expert amiable ou judiciaire, frais d'avocat, frais d'huissier,...

Autant de dépenses, imprévues et onéreuses, qui sont prises en charge conformément aux garanties souscrites.

Champ d'application de la garantie protection juridique

La garantie prend en charge la défense de vos intérêts à l’amiable comme en justice, en cas de litiges notamment liés à :

  • l’achat, la propriété, la location ou la vente d'un véhicule, vous opposant au vendeur, particulier ou professionnel ;
  • l'établissement de crédit ayant consenti le financement affecté à l'achat du véhicule ;
  • la réparation, l’entretien ou au contrôle technique du véhicule, vous opposant, soit au réparateur professionnel à la suite de l'inexécution ou de l'exécution défectueuse des travaux de réparation et/ou d'entretien du véhicule, soit au centre de contrôle technique chargé de la visite de vérification technique.

Elle vous propose également un service conseils d'assistance juridique par téléphone.

Vous pourrez obtenir des éclaircissements sur un terme de droit ou sur une clause du contrat de vente.

Des juristes qualifiés vous accompagnent et vous donnent un avis de principe sur toute question d’ordre juridique portant sur l’univers de l’automobile.

Ils vous aident à agir en toute connaissance de cause ainsi qu'à trouver une solution amiable pour solutionner un litige.

Comment souscrire une assurance collection protection juridique ?

En cas de litige, si vous bénéficiez déjà d'une protection juridique avec votre contrat d'assurance automobile, votre assureur mandatera un expert automobile pour certifier de l'existence d'un vice caché et faire chiffrer le montant des réparations.
Il tentera de trouver un règlement à l'amiable avec le vendeur, ou à défaut, portera le litige devant les tribunaux.
A l'inverse, si vous n'avez pas souscrit une protection juridique, les frais de procédure resteront à votre charge.

Nous vous conseillons de ne plus tarder à interroger votre assureur collection pour bénéficier, le plus souvent pour un coût modique, d'une assurance protection juridique, qui vous aidera à faciliter le règlement d'un litige.

 

 

Assurance protection juridique, une protection efficace contre les vices cachés

Publié le 19/02/2024

 


pression pneu de voiture

Pourquoi est-il nécessaire de vérifier
la pression de ses pneus ?

Tous les pneus sans exception perdent couramment de l’air. Il est important de vérifier la pression de ses pneus

Sans quoi, le risque d’une perte d’adhérence et l’accroissement des distances en cas de freinage soudain serait inévitable.

Un pneu gonflé pour circuler en toute sécurité

Différentes études ont régulièrement montré que plus de la moitié des automobilistes ont tendance à peu contrôler leurs pneus.

Et pourtant, une vérification à intervalle régulier de la pression de ses pneus serait indispensable.

Comme ils perdent couramment de l'air, il est nécessaire de vérifier leurs pressions fréquemment.

Faute de quoi, vous vous exposez à une perte d’adhérence ainsi qu’à une augmentation des distances de freinage.

Une bonne pression de vos pneus vous garantira assurément :

  • Une conduite en toute sécurité ;
  • Un freinage efficace ;
  • Une consommation de carburant réduite.

Vérifiez la pression de vos pneus au moins une fois par mois

Vérifier la pression de ses pneus devrait être instinctif, un peu comme lorsque l’on vérifie naturellement son niveau de carburant, ou encore son niveau d’huile.

Chaque automobiliste devrait vérifier la pression de ses pneus au moins une fois par mois.

Alors que près de 6 automobilistes sur 10 ne contrôlent que très occasionnellement la pression de leurs pneus.

Et seulement 4 automobilistes sur 10 procèdent à un contrôle régulier de leurs pneus, à minima tous les mois.

Ne pas vérifier régulièrement sa pression entraîne un fort risque d’accident, une surconsommation et une augmentation des émissions de CO2

A l’origine de nombreux accidents de la route

Rouler sous-gonflé, même avec des pneumatiques en bon état, représente un vrai danger.

pneu de voiture dégonflé

Contrairement aux idées reçues, rouler avec des pneus sous-gonflés et non surgonflés présente des risques d’éclatement.

Alors qu’un pneu peut facilement supporter 10 bars de pression, inversement un sous-gonflage de 0,5 bar peut entraîner un échauffement destructeur.

Les pneus sous-gonflés sont souvent la cause d’accidents de la route, notamment l’été au moment des départs en vacances, lorsqu’ils sont soumis à la chaleur et à la surcharge du véhicule.

Selon certaines sources, ils compteraient pour près de 6% des accidents mortels de la circulation.

Une surconsommation inéluctable et une augmentation des émissions de CO2

Des pneus sous-gonflés provoquent une augmentation de la consommation de carburant jusqu'à 10 % voire plus, et une augmentation des émissions de CO2.

Aussi, avant de prendre la route, veillez régulièrement à vérifier la pression de vos pneus !

Pour ceux qui penseraient que les gonfleurs ne sont pas toujours facilement accessibles dans les stations-service, il est toujours possible de faire l’acquisition d’un gonfleur à coût modéré, notamment lorsque le foyer possède plusieurs véhicules.

Ces gonfleurs fonctionnent principalement par branchement sur un allume-cigare ou sur une simple prise de courant domestique.

Une initiative qui vous coûtera beaucoup moins d’argent que de remplacer prématurément vos pneus.

Une attitude écoresponsable

Notre vie est quotidiennement rythmée par les transports qui génèrent des gaz à effet de serre (GES) qui sont à l’origine du changement climatique.

En 2022, chaque français avait émis près de 8 tonnes d’émission de CO2, bien supérieures aux 2 tonnes d’émission indispensables pour limiter la hausse des températures à deux degrés et atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.

Contrôlez donc régulièrement la pression de vos pneus pour ne pas contribuer à l'accroissement de l'effet de serre qui est la principale conséquence du dérèglement climatique !

Collectionneurs de vieilles voitures, contrôlez régulièrement la pression de vos pneus

Pendant la période hivernale, les voitures de collection restent souvent immobilisées.

Il faut donc vérifier régulièrement la pression des pneus, et ne pas hésiter à les surgonfler jusqu’à la pression maximale autorisée.

Vous éviterez ainsi une déformation des pneus de votre voiture de collection.

Et là encore, un gonfleur à domicile vous sera fort utile !

 

 

Pourquoi est-il nécessaire de vérifier la pression de ses pneus ?

Publié le 12/02/2024


route mouillé

Adopter les bons réflexes pour mieux rouler l'hiver

Comme tous les ans, l’hiver apporte son lot de désagréments, ennuis et risques en tous genres. Comment mieux rouler l'hiver?

Il est donc indispensable d’adopter certaines règles de sécurité pour garder le contrôle de son véhicule.

Voici quelques conseils pour adopter les bons réflexes au volant de son véhicule en cas de conditions météorologiques particulièrement difficiles.

Adopter les bons réflexes pour circuler en toute confiance

Visibilité réduite, pluie, orage, brouillard, givre, neige ou verglas perturbent fortement les conditions de circulation.

Avec des conditions climatiques qui peuvent rendre la circulation plus difficile, les automobilistes doivent redoubler de prudence et de vigilance pour éviter tout risque d’accidents de la circulation.

Voici quelques conseils à suivre absolument pour mieux rouler l'hiver.

Quelques conseils à adopter en cas d'intempéries

Anticiper les conditions météorologiques à venir en préparant ses déplacements

En hiver, les conditions météorologiques changeantes peuvent rapidement perturber les conditions de circulation

Avec l'augmentation d’événements météorologiques exceptionnels, il devient nécessaire de consulter régulièrement les conditions météorologiques de Météo France, tout comme les conditions de circulation de Bison Futé.

Tout comme il est possible de recevoir des alertes météo par email ou sms pour être prévenu des changements météorologiques en raison du temps.

Ces réflexes permettent d’anticiper les intempéries prévisibles et d’anticiper les désagréments routiers !

Selon les prévisions climatiques annoncées, s'adapter aux circonstances

En hiver, les conditions climatiques rendent souvent les routes difficilement praticables.

La neige perturbe considérablement les conditions de circulation, notamment en raison d'un manque d’adhérence à la route. Il faut conserver ses distances avec les autres véhicules, et éviter tout dépassement.

Le verglas engendre souvent des sorties de route. Il faut réduire sa vitesse, augmenter ses distances de sécurité, anticiper les freinages et adopter une conduite souple. Il est recommandé de ne pas se déplacer par temps de neige et verglas qui perturbent considérablement le trafic routier, et de reporter les déplacements prévus.

Les pluies fréquentes en hiver rendent les conditions de circulation difficiles, particulièrement en perturbant les conditions de visibilité, et en réduisant l'adhérence à la route (ce qui a pour effet d’allonger les distances de freinage).

Le brouillard peut s'épaissir inopinément, et diminuer fortement la visibilité. Dans de telles conditions, il est recommandé d’utiliser ses feux antibrouillards ou de croisement, et non ses feux de route.

conduite hivernale

Les grands vents peuvent entraîner de forts écarts de trajectoire. Il faut tenir en permanence le volant des deux mains, anticiper les trajectoires changeantes, et rester vigilant pour éviter tout obstacle sur la chaussée (arbres, branches…). Il est déconseillé de conduire en présence de vents d'au moins 90km/h.

Contrôler l’état général du véhicule

Avec l’arrivée de l’hiver et des basses températures, il est indispensable de contrôler les équipements pour rouler dans les meilleures conditions possibles :

  • Inspecter l’état des pneumatiques, et les remplacer par une monte adaptée aux conditions météorologiques du moment ;
  • Anticiper l’achat de chaînes neige ou chaussettes neige ;
  • Procéder à une mise à niveau des liquides en utilisant des produits basses températures. Faire le plein des réservoirs (carburant, huile, liquide de frein, liquide lave-glace antigel, liquide de refroidissement…) ;
  • Vérifier les essuie-glaces ;
  • Contrôler les ampoules de phares et les feux de brouillard avant et arrière ;
  • Vérifier le bon fonctionnement des systèmes de chauffage, désembuage et dégivrage ;
  • Tester la tension de la batterie.

Circuler à vitesse modérée et à bonne distance des autres automobilistes

Avec la pluie, l’humidité, la neige ou le gel, les chaussées sont rendues glissantes. Il faut adapter sa vitesse, rouler à vitesse constante et maintenir une bonne distance de sécurité entre les véhicules.  Il faut également redoubler de prudence à l’approche de virages ou de descentes car les accélérations et freinages augmentent les risques de perte de contrôle du véhicule.

Disposer à bord du véhicule d’un kit de sécurité et de survie

Pour parer à toute éventualité de grand froid, il faut veiller à disposer d’un kit de sécurité et de signalisation. Prévoir également à bord du véhicule lampe portable ou lampe frontale, paires de gants et couverture de survie, en cas d’immobilisation imprévue de plusieurs heures au bord d’une route. Allumer les feux de détresse, et placer le triangle de présignalisation à une distance de 30 mètres à l’arrière du véhicule.

Autres conseils et recommandations utiles pour mieux rouler l'hiver

Pour enlever le givre, la glace ou la neige des éléments vitrés du véhicule, il faut utiliser un gratte-givre. Cet accessoire limite les risques de rayures. Afin de prévenir la formation du givre, il faut disposer une bâche antigivre pour parebrise, ou frotter un oignon coupé en deux pour empêcher le givre de se déposer sur la vitre avant du véhicule.

pare brise gelé

Pour empêcher l’installation de gel sur les serrures, il faut placer un sparadrap dessus le soir, et enduire d’huile de vaseline les joints de portières.

Pour éviter toute buée sur les vitres intérieures, il faut passer un chiffon imbibé de liquide vaisselle puis sécher, et mettre le chauffage à son maximum.

Quelques recommandations aux amateurs de voitures anciennes pour mieux rouler l'hiver

A l’arrêt, les fréquents changements de température provoquent une usure prématurée de la batterie du véhicule. Il est donc conseillé aux heureux propriétaires d’une voiture de collection qui ne roulent pas l’hiver, de protéger leur batterie du froid.

On considère qu’avec une température de 0°, une batterie peut perdre 50% de sa charge, notamment lorsque le véhicule n'est pas remisé dans un garage couvert et clos. Il faut donc la protéger au mieux des températures négatives.

Comment faire ?

Avec le froid, la batterie est mise à rude épreuve. Il faut régulièrement surveiller sa tension aux bornes qui ne doit pas être inférieure à 12.4 volts. Avec des températures hivernales élevées, il est préconisé de la recouvrir d’une couverture pour la maintenir au chaud. On peut également placer un épais carton devant la calandre pour la protéger des intempéries extérieures (froid, vent glacial…).

Et sinon ?

En cas d’impondérable, et en présence de conditions climatiques trop extrêmes, nous vous conseillons de :

  • Réduire fortement sa vitesse ;
  • Adapter son allure ;
  • Faire preuve d’anticipation ;
  • Augmenter ses distances de sécurité ;
  • Ne pas freiner brusquement.

Il faut veiller à emprunter les axes routiers fréquentés, et éviter les axes routiers secondaires plus sujets au verglas et à l’enneigement.

Dans le cas contraire, la rudesse du climat hivernal devrait inciter tout automobiliste à rester chez lui.


ceinture voiture de collection

Port des ceintures de sécurité et voitures de collection

Lorsque son véhicule en est équipé, boucler systématiquement sa ceinture de sécurité est un geste qui sauve de nombreuses vies. Et, qu’en est-il aussi du port de la ceinture  pour la voiture de collection ?

Bien que son port soit devenu obligatoire depuis le 1er septembre 1973, ce geste si simple à faire lorsque l’on prend place à bord d’un véhicule n’est pas toujours de mise.

Les principales dates à retenir

1970 : Les ceintures de sécurité trois points deviennent obligatoires à l’avant des voitures particulières neuves.

1973 : Les ceintures de sécurité deviennent obligatoires à l’avant des véhicules, hors agglomération.

1979 : Les ceintures de sécurité deviennent obligatoires à l’avant des véhicules, en agglomération.

1990 : Les ceintures de sécurité deviennent obligatoires à l’avant et à l’arrière des véhicules, en agglomération et hors agglomération.

2002 : Le non-port de la ceinture de sécurité devient une infraction de quatrième classe. Elle est sanctionnée par un retrait de 3 points du permis de conduire.

A bord d’une voiture de collection, tout est presque toléré…

Les ceintures des voitures anciennes sont un sujet sensible qui anime régulièrement les discussions des collectionneurs d'autos anciennes.

Quel que soit l’ancienneté de votre voiture, si elle est équipée de ceintures de sécurité, il faut obligatoirement les porter.

Cependant, elles ne sont obligatoires aux places avant qu’à partir du 1er septembre 1967 (arrêté du 20/01/75) pour les véhicules mis en circulation et aux places arrière à partir du 1er octobre 1978 (arrêté du 01/08/77).

Toute modification du nombre de places de sa voiture de collection serait susceptible d'entraîner un refus d'assurance ou un contrôle technique défavorable.

port ceinture voiture de collection

Les kits de ceinture de sécurité à installer se comptent en nombre (ceintures trois points, ceintures ventrales, harnais).

Il faut toutefois savoir que l’installation ne peut être envisagée qu’à la condition que les points d’ancrage soient présents dans l’habitacle du véhicule.

A défaut, l’installation de ceintures de sécurité pourrait aggraver les risques de blessures en cas de collision ou de décélération brusque, voire détériorer la structure du véhicule au moment de la réalisation des points d’ancrage.

En revanche, il est possible de modifier le système de ceintures en installant des enrouleurs.

L’installation doit être réalisée dans les règles de l’art, idéalement par un professionnel de la réparation, avec un équipement homologué.

Bon à savoir :

Tout conducteur dont le véhicule est équipé de ceintures à harnais (même en présence de ceintures homologuées) doit présenter une attestation du constructeur ou des autorités compétentes en charge de la réception et de l’homologation des véhicules, certifiant que le véhicule a été homologué (homologation CE, réception individuelle ou à titre isolé) avec ce type de ceintures.

Pour les véhicules de collection dont la première mise en circulation est antérieure au 1er janvier 1960, cette attestation d’homologation peut être remplacée par une attestation établie par la Fédération Française des Véhicules d’Époque (FFVE).

Le port de la ceinture est obligatoire depuis plus de 40 ans

Tous les ans, de nombreuses personnes perdent la vie pour n’avoir pas ou avoir mal attaché leur ceinture de sécurité

Son port est obligatoire depuis le 1er septembre 1973 à l’avant d’un véhicule, et depuis le 1er octobre 1990, à l’arrière d’un véhicule.


nouveaux radars urbains

Les radars urbains nouvelle génération sont désormais opérationnels

Testés depuis 2021, ces radars urbains nouvelle génération sont entrés en service depuis peu.

D’un format réduit et discret, ils pourraient s’avérer diablement efficaces pour lutter contre les incivilités routières.

Alors, ouvrez les yeux, prenez garde et veillez à respecter scrupuleusement le Code de la Route !

Des radars diablement discrets et efficaces

Ces adars urbains nouvelle génération, installés dans plusieurs villes de France, viennent d’être mis en service tout dernièrement.

Alors que jusqu’alors ils étaient expérimentés à Marseille, Montpellier, Sochaux, Toulouse, ou encore le Territoire de Belfort, ils sont désormais actifs depuis le 16/01/2024.

Ces radars urbains ont une taille réduite, se confondant avec le mobilier urbain. Ils sont discrètement signalés et pourraient sanctionner autant de fois que nécessaire les contrevenants au Code de la Route.

Des radars désormais aptes à verbaliser

Après deux années d’expérimentation, ces nouveaux radars urbains sont désormais aptes à verbaliser.

Plus petits, plus nombreux, et difficilement identifiables, ils n’ont plus besoin de flasher pour obtenir le cliché constatant l’infraction.

Leur présence est seulement signalée aux usagers de la route par de discrets panneaux placés entre 20 à 50 mètres en amont.

Bon à savoir :

Les panneaux avertissant les radars automatiques sont, somme toute, relativement nombreux. Toutefois, la loi n° 2003-495 du 12/06/2003 renforçant la lutte contre la violence routière qui a autorisé leur mise en place ainsi que l’arrêté du 27/10/2003 portant sur la création du système de contrôle sanction automatisé ne prévoient pas de signalisation appropriée pour signaler les radars automatiques fixes ou mobiles.

Seul l’arrêté du 24/11/1967 relatif à la signalisation des routes et des autoroutes précise que « la signalisation d'une zone de contrôle par un ou plusieurs dispositifs de contrôle automatisés peut être effectuée au moyen des panneaux de type SR3 », laissant clairement entendre qu’aucune obligation n’était faite de signaler une zone de contrôle.

A contrario, les radars positionnés aux feux rouges ne sont jamais signalés par des panneaux radars, tout comme les radars mobiles embarqués à bord de véhicules banalisés.

Les catégories d’infractions relevées par ces nouveaux radars urbains

Même si la plupart d’entre eux ne seraient pas encore en fonction, ils ont néanmoins un effet pédagogique et de dissuasion.

Dans un premier temps, ils vont se limiter à détecter les infractions liées à un excès de vitesse, ou au franchissement d’un feu rouge.

La priorité a été donnée à la sécurisation des piétons en milieu urbain, comme l’indiquait tout récemment Anne Lavaud, déléguée générale de l'association Prévention routière. Profitant de l’occasion pour rappeler que « Dans le cas d'un choc piéton voiture, l'espérance de survie du piéton était de 85% en cas de choc à 30km/h, et qu’elle n'était plus que de 15% si ce choc se produisait à 60km/h ».

Dans un second temps, ces radars miniaturisés nouvelle génération, détecteront les infractions liées à l’utilisation du téléphone au volant ou au non port de la ceinture de sécurité.

Bien évidemment, ces radars nouvelle technologie laissent entrevoir des recettes en augmentation pour l’Etat et les villes concernées.

Seule satisfaction pour les usagers de la route, l’annonce faite par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de la fin des excès de vitesse inférieurs à 5 km/h qui ne sont plus sanctionnés par un retrait de point sur le permis de conduire. Même si la sanction financière d’un montant de 135 € pour les excès de vitesse limités à 50 km/h ou moins est maintenue.


recharge voiture électrique

Les aides au financement pour l’achat d’un véhicule électrique

Les ventes de véhicules électriques ont connu une belle progression en 2023.

Malgré un prix d’achat encore relativement élevé, il est incontestable qu’ils gagnent en popularité.

Avec les aides financières accordées pour favoriser la transition écologique, il est pourtant possible de faire baisser leur prix.

Combien coûte un véhicule électrique ?

La motivation d’achat d’une voiture électrique est qu’elle ne pollue pas. Elle n’utilise aucun carburant riche en carbone, ce qui réduit fortement les émissions de CO₂ dans l’atmosphère. Malgré tout, son prix d’achat est encore nettement plus élevé que celui d’une voiture thermique. Et ce, même s'il est en partie amorti si l'on tient compte des coûts d’entretien et de carburant, en lieu et place d’une recharge électrique beaucoup plus économique.

L’écart de prix observé est de l’ordre de 10.000 à 15.000 €, voire supérieur selon le modèle de voiture. Les petites citadines électriques (Citroën C-Zéro, Mitsubishi i-MiEV, …) restent les moins coûteuses à l’achat. Leur prix d’achat moyen est de l’ordre de 20.000 à 30.000 €. En top des ventes, on trouve les Peugeot e-208, Dacia Spring, Fiat 500 e, Renault Zoé ou Renault Twingo e-Tech. Les berlines électriques procurent plus de confort intérieur, et bénéficient d’un habitacle plus spacieux. Leur prix d’achat moyen est beaucoup plus élevé, de l’ordre de 30.000 à 60.000 €. Les familiales électriques voient leurs prix d’achat osciller de 30.000 à 80.000 €. En top des ventes, on trouve les Volkswagen ID Buzz, Mercedes eVito Tourer ou encore Citroën e-SpaceTourer. Quant aux SUV électriques, ils voient leur prix d’achat varier de 40.000 à 100.000 € selon les marques ou les performances affichées.

Des aides au financement diverses pour encourager l’achat d’un véhicule électrique

Pour encourager l’achat d’un véhicule électrique, plusieurs aides sont directement proposées par l’État et les Collectivités (régions, départements, villes). Elles visent à inciter les automobilistes à utiliser des véhicules respectueux de l’environnement.

La prime à la conversion à l'achat d'un véhicule électrique

Les conditions à remplir pour bénéficier de la prime à la conversion avec l’ancien véhicule

La prime à la conversion est une mesure permettant d’acquérir un véhicule plus propre pour remplacer un véhicule ancien, de motorisation diesel ou essence. Pour bénéficier de cette prime pouvant atteindre un montant de 6.000 €, il faut remplacer son ancien véhicule par un véhicule électrique ou à hydrogène neuf ou d’occasion.

L’ancien véhicule doit remplir les critères suivants :

  • Pour un moteur diesel, sa date de première immatriculation doit être antérieure à 2011 ;
  • Pour un moteur essence, sa date de première immatriculation doit être antérieure à 2006 ;
  • Il doit être détenu depuis plus d'un an, immatriculé en France et non gagé ;
  • Il doit être impérativement détruit dans un centre agréé entre 3 mois avant et 6 mois après l'achat du nouveau véhicule

Bon à savoir : Le bonus écologique n'est accordé qu'une fois tous les trois ans.

Les conditions à remplir pour bénéficier de la prime à la conversion avec le nouveau véhicule

Il est possible d’acheter ou louer un véhicule neuf ou d'occasion récent pour bénéficier de la prime à la conversion. Auquel cas, le nouveau véhicule, quel que soit sa motorisation (essence, diesel, hybride rechargeable, électrique, …) ne devra pas émettre plus de 122 g/km de CO2 conformément à la norme WLTP en vigueur. Cette norme (Worldwild harmonised Light vehicle Test Procedure) est destinée à mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2 et gaz polluants des véhicules légers. En cas d’achat d’un véhicule d’occasion de plus de 6 mois, les émissions de CO2 ne pourront pas dépasser 132 g/km.

Son prix d’achat ne doit pas excéder un montant de 47.000 € TTC.

Cette aide à la conversion s’adresse également aux motos et scooters électriques ainsi qu’aux voitures électriques sans permis. Cependant, la puissance du moteur doit être supérieure ou égale à 2 kW et le véhicule ne doit pas disposer d'une batterie au plomb.

Les conditions de revenus à remplir pour bénéficier de la prime à la conversion lors de l’achat du nouveau véhicule

Pour bénéficier de la prime à la conversion, le revenu fiscal de référence par part doit être inférieur ou égal à 22.983 €. Dans le cas contraire, il n’est pas possible de bénéficier de cette aide. De leurs côtés, les sociétés peuvent bénéficier de ce dispositif sans aucune condition de revenus.

Les autres primes à l'achat d'un véhicule électrique

Le microcrédit véhicules propres

Ce dispositif d’état, mis en place par le gouvernement, est destiné à permettre aux foyers modestes d’acquérir un véhicule électrique. Il se cumule avec les autres aides, et peut atteindre un montant de 8.000 €, selon les revenus du foyer. Pour en faire la demande, il faut s’adresser à un service d’accompagnement social.

Les aides des collectivités locales

Beaucoup de collectivités locales (communes, départements, régions) proposent des aides cumulables avec les aides nationales dont les conditions d’attribution ou de montants peuvent varier. A titre d'exemple, la région de l’Ile-de-France propose une aide de 1.500 à 6.000 € sous réserve de pouvoir justifier d’un emploi dans la zone à faibles émissions et que le véhicule à remplacer soit classé Crit’Air 3, 4, 5, ou non-classé.

Les aides des concessionnaires et constructeurs automobiles

Différents concessionnaires ou constructeurs proposent des incitations à l’acquisition d’un véhicule non polluant : remises à l’achat, entretien ou garanties étendues, offres de financement spécifiques, etc. La prime à la conversion ainsi que le bonus écologique peuvent être directement déduits du prix d’acquisition par le professionnel de l’automobile, ou remboursés après-coup après en avoir fait directement la demande en ligne.

Bon à savoir :

Le gouvernement a tout récemment mis en place une offre de location longue durée. Pour un coût de 100 € mensuel, les foyers les plus modestes peuvent acquérir un véhicule électrique.

Les véhicules électriques haut de gamme

Tout comme les autres véhicules, les voitures haut de gamme bénéficient des différentes aides proposées à la condition que le prix d’achat n’excédent pas un montant de 47.000 € TTC, hors options.

Aucune autre industrie n'investit autant sur l’innovation technologique et les performances techniques que l’industrie automobile.

Et, le segment de la voiture de prestige n’est pas mis à l'écart par les constructeurs automobiles.

voiture électrique bleu

Les constructeurs de voitures haut-de-gamme comme Audi, Jaguar, Tesla, Mercedes, BMW ou encore Porsche investissent massivement dans les technologies avant-gardistes embarquées et l’autonomie.

La course aux véhicules dotés de batteries nouvelles générations procurant de plus grandes autonomies de trajets est lancée.


Vers de nouvelles augmentations des cotisations d'assurance automobile en 2024

Les années se suivent et commencent à se ressembler depuis quelques temps maintenant…

En ce début d’année 2024, la tendance est à une augmentation des cotisations d’assurance automobile de l’ordre de 4% à 6%. Même si dans les faits, les cotisations augmentent mécaniquement chaque année pour suivre le taux d’augmentation du coût de la vie, comment expliquer de pareilles et nouvelles hausses de cotisations ? Et quelles peuvent être les solutions à envisager pour réaliser des économies sur sa cotisation d’assurance automobile ?

Des augmentations des cotisations d’assurance auto de l'ordre de 4 à 6% en 2024

Après une baisse des cotisations auto suite aux mesures de la crise sanitaire qui avaient entrainé une nette diminution des déplacements quotidiens, et suite aux effets sur le long terme du recours au télétravail, les assureurs avaient opéré des diminutions tarifaires des cotisations auto en 2020 et 2021.

Avec la hausse du prix des pièces détachées et de la main d’œuvre auto, les cotisations d’assurance étaient déjà reparties à la hausse dès 2022.

L’inflation économique des derniers mois, conjuguée à l'augmentation du risque assurance va aujourd'hui entraîner une nouvelle augmentation des cotisations d’assurance auto. Le cabinet de conseil Facts & Figure, spécialisé en stratégie et en management sur le secteur de l'assurance, prévoyait même des hausses de cotisations de l'ordre de 8%. De son côté, la revue l’Argus de l’Assurance avait aussi laissé entendre au mois de décembre dernier que les assureurs allaient renouer avec d’importantes hausses de cotisations pour compenser les pertes enregistrées en 2023.

Les nouvelles innovations dans le secteur automobile et les nouvelles motorisations ont contribué à l’augmentation de ces cotisations. D’après l’ACEA (Association des Constructeurs Européens d’Automobiles), l’industrie automobile a réalisé des investissements financiers pour la recherche et le développement, plus importants que les autres secteurs de l’industrie. Ces investissements pourraient notamment expliquer la forte augmentation du prix des pièces détachées et de la main d'œuvre. Les derniers chiffres communiqués par l’association SRA (Sécurité et Réparation Automobile) confirmaient ces augmentations, indiquant que les prix des pièces de rechange avaient augmenté de près de 10% en 2023, contre près de 11% (10,9%) pour ceux des ingrédients de peinture et plus de 7% (+7,3%) pour ceux du coût horaire moyen de la main d'œuvre.

D’autres explications pour justifier ces nouvelles hausses des cotisations auto

D’autres explications sont avancées pour justifier ces hausses des prix, comme entre autres :

  • Le conflit russo-ukrainien interférant directement sur le prix des matières premières (pétrole, gaz, ...) ;
  • L'ouverture du marché des pièces détachées aux réparateurs indépendants avec l’entrée en vigueur en 2021 de la loi Climat et Résilience mettant fin à la situation monopolistique des constructeurs automobiles sur la vente des pièces de rechange ;
  • Dans une moindre mesure, l’accroissement du parc des SUV, dotés d’équipements toujours plus sophistiqués et toujours plus coûteux.

Des hausses interdépendantes des taxes fiscales perçues sur les contrats d’assurance

Les cotisations d'assurances comportent différentes taxes fiscales obligatoires et contributions qui interagissent directement sur leurs montants.

Dès lors, l’augmentation des cotisations a une incidence directe sur celle des taxes fiscales d’un contrat d’assurance auto.

Pour la garantie Responsabilité civile obligatoire, les taxes et contributions se décomposent comme suit :

  • 33 % de taxe fiscale ;
  • 1,2 % de contribution au fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages ;
  • 0,8 % de contribution supplémentaire au fonds de garantie des assurances obligatoires.

Pour les autres garanties (vol, incendie, dommages accidentels, assistance aux véhicules et aux personnes, etc.),  les taxes et contributions se décomposent comme suit :

  • 18 % de taxe fiscale ;
  • 5,90 € par contrat de contribution solidarité victimes terrorisme infractions au fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions.

Le taux de ces taxes, collectées pour le compte de l’administration fiscale, varie selon la nature des contrats d’assurance. A noter que les contributions permettent de financer divers fonds et organismes de solidarité nationale comme la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, le fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages, le fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et autres infractions,…

 Des augmentations pas qu’en assurance automobile

Le cabinet de conseil Facts & Figure prévoit également une forte hausse des cotisations d’assurance multirisques habitation en 2024.

Ces hausses s’expliquent avant tout par l’aggravation de la sinistralité climatique (tempêtes, inondations, sécheresses, grêles, …) et la multiplication des événements naturels en France.

Comment tenter d'échapper à ces augmentations tarifaires ?

La résiliation en 3 clics

Désormais, pour les contrats pouvant être souscrits en ligne, les dispositions prévoient que les assureurs doivent également proposer leurs résiliations en ligne, en seulement 3 clics. Une mesure destinée à favoriser la concurrence et à faciliter la résiliation d’un contrat d’assurance. L’assureur doit procurer à son client un accès facile à une fonctionnalité gratuite, permanente et directe d’accès lui permettant de notifier sa résiliation. Il doit lui en accuser réception, et lui communiquer sa date de prise d’effet.

La résiliation loi Hamon

La résiliation d'un contrat d’assurance auto est possible à tout moment, après un an de contrat et sans justificatif grâce à la loi Hamon. L’assuré peut résilier son contrat d’assurance auto à tout moment, passé le terme de la première année de souscription, sans aucune pénalité ni aucun frais. L'assureur est tenu de lui rembourser le solde des cotisations primes relatives à la période restant à courir sous 30 jours.

La résiliation loi Chatel

L’assureur est tenu de prévenir l'assuré de sa faculté de résilier son contrat d’assurance avec chaque avis d'échéance annuelle. Lorsque cet avis lui est adressé moins de quinze jours avant cette date, ou lorsqu'il lui est adressé après cette date, l'assuré doit être informé qu'il dispose d'un délai de 20 jours à compter de la date d'envoi de l’avis pour résilier son contrat. Dans le cas présent, le délai de résiliation court à partir de la date qui figure sur le cachet de la poste.

Les autres possibilités de résiliation

La résiliation d’un contrat d’assurance auto est rendu possible au cours de la première année de contrat en cas de changement de situation (déménagement, mariage, naissance, etc.).

A réception de l’avis d’échéance annuelle, l'augmentation de la cotisation d'assurance est un autre motif de résiliation. Les contrats d'assurance auto prévoient une clause aux dispositions générales stipulant que l’assuré a la faculté de résilier son contrat en cas de majoration de sa cotisation.

Toutefois, et dans ce dernier cas, la résiliation pour majoration de la cotisation n’est pas possible si :

  • L'augmentation de la cotisation d'assurance auto est consécutive à un ou plusieurs sinistres responsables, le montant de la cotisation tenant compte du coefficient de réduction-majoration (bonus-malus) ;
  • La hausse de la cotisation se justifie par un changement des taxes légales (taxe attentat) ou réglementaires.
  • La clause de révision de la cotisation d'assurance est présente dans le contrat, auquel cas l'assuré ne peut pas refuser l'augmentation de la cotisation.
  • Le changement de véhicule justifie l’augmentation de la cotisation d’assurance. Par exemple, si l'assuré passe d'une catégorie berline familiale à une catégorie hyper-sportive. Dans ce cas, l’augmentation de la cotisation se justifie, et il n'est pas possible de demander une résiliation en invoquant ce motif.

Le permis de conduire à 17 ans, c'est fait !

Le tout nouveau décret du 23 décembre 2023 vient d’abaisser l’âge d’obtention du permis de conduire à 17 ans. Dès 2024, les personnes âgées de 17 ans révolus pourront désormais s’inscrire à l’examen du permis de conduire.

Le permis de conduire à 17 ans, c’est désormais possible !

A compter du 1er janvier possible, la France deviendra le cinquième pays européen à permettre la conduite d’un véhicule automobile dès 17 ans. Avant elle, l'Irlande, l'Islande, la Slovaquie et le Royaume uni avaient autorisé la conduite d’un véhicule automobile dès l’âge de 17 ans.

Une mesure qui inquiète déjà les détracteurs car on estime qu’il pourrait y avoir quelques 80 000 nouveaux candidats au passage de l’examen. Dans certains départements, les délais d’attente pourraient atteindre jusqu’à 6 mois en raison d’un manque d'inspecteurs. Et ce, même si un recrutement hors-norme d’inspecteurs du permis de conduire est programmé à courte échéance en raison d’un examen qui attire tous les ans plus d'un million de candidats.

Les formalités d’inscription à l’examen

Dorénavant, l’âge d’inscription en auto-école pour l’examen du permis de conduire automobile, tout comme l’âge de l’apprentissage à la conduite automobile est automatiquement ramené à 16 ans. Cette mesure permettra aux futurs conducteurs de pouvoir se présenter à l’examen dès 17 ans révolus.

La formation théorique à l’examen

Les candidats pourront se présenter à l’examen du code de la route à partir de 15 ans pour ceux inscrits en conduite accompagnée. Les autres candidats pourront se présenter à l’examen à partir de 16 ans.

Pour faciliter le passage de l’épreuve du code, un amendement des députés permet l’organisation des cours du code de la route dans les établissements scolaires, en dehors du temps scolaire. Cette mesure a pour objectif de maximiser les chances de réussite des candidats à l’examen théorique général du code de la route (ETG). Elle doit leur permettre d’améliorer leurs connaissances des règles de circulation routière et des comportements à adopter comme conducteur d’un véhicule. Mesure louable, surtout lorsque l’on sait qu’avec le renouvellement de la banque des questions de l’épreuve théorique du code de la route en 2023, le taux de réussite a chuté de moitié pour atteindre 30%.

Il faut seulement souhaiter que cette mesure puisse être facilement applicable à terme, sachant que la formation à l’ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière), qui devait être dispensée aux collégiens par leurs enseignants durant le temps scolaire, ne l’est pas souvent en pratique.

La formation pratique à l’examen

En premier lieu, le candidat doit avoir réussi l’examen théorique général du code de la route pour pouvoir se présenter à l’épreuve pratique. Par ailleurs, il doit avoir suivi une formation à la conduite de 20 heures obligatoires, à minima.

Bon à savoir : Bon nombre de candidats à l’épreuve pratique suivent une formation d’une durée moyenne de 35 heures pour augmenter leurs chances de réussite. Le nombre d’heures obligatoires est réduit à 13 heures pour les formations au permis B à embrayage automatique. Ce permis ne permet de conduire que des véhicules équipés d'une boite de vitesses automatique et/ou manuelle (boîte séquentielle) avec un embrayage automatique.

Que va-t-il advenir de l’apprentissage anticipé de la conduite ?

L’apprentissage anticipé de la conduite (ou conduite accompagnée) permet d'acquérir de l'expérience au volant. Cela permet à l'apprenant d'augmenter ses chances de réussite avant de se présenter à l’épreuve pratique. Dès lors, les règles de l’apprentissage anticipé de la conduite restent inchangées.

Toutefois, pour pouvoir pratiquer l’apprentissage anticipé de la conduite il faut :

  • Être âgé d’au moins 15 ans au moment de l'inscription à l'auto-école ;
  • Obtenir l'accord du représentant légal ;
  • Informer l’assureur du véhicule de l’accompagnateur ;
  • Réussir l’examen théorique du code de la route ;
  • Participer à un premier rendez-vous de 2 heures avec l'accompagnateur et le moniteur de l’auto-école.

Bon à savoir : L’apprentissage anticipé de la conduite permet de réduire la période probatoire du permis à 2 ans au lieu de 3 ans.

Et quand est-il de l’apprentissage anticipé de la conduite au volant d’un véhicule de collection ?

Rien de bien nouveau, non plus… Certains assureurs spécialisés proposaient déjà dans leur contrat une clause d’apprentissage de la conduite accompagnée, à la condition expresse que le véhicule soit :

  • Equipé de deux rétroviseurs latéraux et d’un disque distinctif pour la conduite accompagnée ;
  • D’une valeur estimée au plus à 35.000 € ;
  • D’une puissance fiscale inférieure de 10 cv.

Les aides financières existantes pour passer le permis de conduire

Le texte de loi voté par les députés prévoyait la création du site 1jeune1solution.gouv.fr qui recense l’ensemble des aides accordées par l’État pour financer son permis, par France Travail (Pôle emploi) ou encore par certaines collectivités locales (villes, départements, régions). Le gouvernement a mis en place différentes actions concrètes pour aider les personnes ayant besoin du permis de conduire pour leurs études, une formation ou leurs activités professionnelles. Le texte de loi prévoit notamment de financer son permis de conduire par le compte personnel de formation (CPF). De leurs côtés, les apprentis majeurs bénéficient d'une aide d’un montant de 500 €. Le permis à 1 €/ jour finance le coût de la formation à la conduite grâce à un prêt 0%. Les intérêts sont directement pris en charge par l’État. Il permet d’emprunter jusqu’à 1 200 € pour un remboursement de 30 € par mois. Actuellement, on compte près de 4.500 auto-écoles partenaires de l’opération.

Quand sera-t-il des éventuelles infractions routières relevées ?

L'article 1146 du code civil stipule qu’un mineur non émancipé est incapable de contracter un contrat d’assurance. Toutefois, même si son représentant légal contracte l’assurance pour son compte, il reste pénalement responsable de ses actes. Il est donc redevable des amendes en cas d’infractions routières, entraînant ou non des pertes de points.

Bon à savoir : Après l’obtention de son permis de conduire, le conducteur dispose automatiquement d’un capital de 6 points. A l’issue de la première année probatoire, il reçoit un crédit de 2 points (8 points). A la fin de la deuxième année probatoire, il reçoit de 2 nouveaux points (10 points). Puis à l’issue de la troisième année, il obtient 2 derniers points (12 points). Dans le cadre d’un apprentissage à la conduite accompagnée, la période probatoire est réduite de 3 ans à 2 ans.

Tordre le cou aux fausses rumeurs

Depuis quelques temps, une rumeur circule selon laquelle l'examen du code de la route passerait de 5 à 3 fautes autorisées. A aujourd’hui, il n'existe aucun projet de loi prévoyant une telle mesure. Le système de notation du permis de conduire reste donc inchangé. La note minimum pour réussir l’examen théorique général du code de la route est de 35 points.


Les musées de l'automobile et de la moto de collection à découvrir

Les fêtes de noël approchent, et sont souvent l'occasion de prendre quelques jours de vacances.

Nous vous proposons un tour de France des musées du véhicule de collection à visiter pendant ces fêtes de fin d'année.

Les musées et le patrimoine de l'automobile en France

La Fédération Française du Véhicule d'Epoque s'est depuis longtemps engagée à préserver le patrimoine industriel des véhicules de collection. Elle participe activement aux journées européennes du patrimoine qui permettent de découvrir ou redécouvrir nos véhicules anciens qui font aujourd'hui partie du patrimoine industriel automobile.

Au cours de ces journées, différents événements sont notamment organisés : bourses d’échange, expositions, rassemblements, traversées de villes en véhicules et visites de musées pour rendre hommage au patrimoine roulant. Ces évènements sont pour la plupart gratuits. Chaque année, ils permettent aux collectionneurs érudits d'approfondir leurs connaissance, et à ceux en herbe de découvrir les richesses de ce patrimoine culturel d'un autre temps.

La dynamique du marché du véhicule de collection en France

Une récente enquête socio-économique commandée par la FFVE a mis en avant la bonne santé du marché du véhicule de collection. Avec près de 1 million de véhicules anciens (2,5% du parc roulant français), et un chiffre d'affaires de quelques 4 milliards d'euros, l'activité économique du véhicule de collection est au beau fixe. Et l'engouement du public pour les véhicules de collection, qu'ils soient de vrais passionnés, amateurs avertis ou simples visiteurs, est toujours plus fort. Chaque année, ils arpentent par milliers les allées des musées dédiés à la conservation du patrimoine automobile. Parmi eux, 33% des propriétaires de véhicules visitent ces musées en lien avec leur passion.

De nombreux musées du véhicule de collection

Notre pays compte de nombreux musées de véhicules de collection, répartis sur l'ensemble du territoire. Ils abritent toutes les catégories de véhicules motorisés : tricycles à moteur, cyclomoteurs, vélomoteurs, motocyclettes, voitures, camionnettes, camions, véhicules amphibies, ou encore militaires. Le nombre de visiteurs varie de quelques milliers pour les musées les plus modestes à quelques dizaines de milliers pour les plus importants.

Ces musées sont d'importance variable, allant de quelques véhicules à des centaines de véhicules comme ceux de la collection Schlumpf exposés au Musée national de l'automobile à Mulhouse. Ouvert en 1982, il est considéré comme l'un des musées les plus réputés. Il propose l'une des plus grandes collections au monde, avec près de 400 véhicules exposés. Le Manoir de l’Automobile et des Vieux Métiers de Lohéac, créé à l'origine par Michel Hommel, est aujourd'hui l’un des plus beaux musées consacré à l’histoire de l’automobile. Sur 15.000 m2 d’exposition, vous pouvez y découvrir plus de 400 véhicules, tout comme les nouvelles voitures du moment : la Peugeot 407 du mythique film Taxi 5 ainsi que les deux voitures du film Michel Vaillant. Le musée de l'Aventure Peugeot à Sochaux est dédié à la marque française. Il compte plus d'une centaine de véhicules de toutes les époques, des plus récentes aux plus anciennes, comme les Peugeot 908 HDi qui ont remporté Le Mans en 2009, ou encore les 205 T16. De son côté, l'Aventure automobile à Poissy abrite des modèles des différentes marques comme les premières Ford des années 1930 et 1940, Peugeot, Talbot ou encore Simca des années 1950 et 1960. Le Citromuseum, dédié à la marque aux deux chevrons, expose des modèles emblématiques comme des Tractions, Méharis, 2CV, CX, GS ou XM. Des modèles dans un état concours, avec de faibles kilométrages, ayant tous une histoire particulière ou singulière.

Si vous avez décidé de visiter l'un de ces musées consacrés à la voiture ancienne, voici quelques adresses à découvrir :

Ne vous reste plus qu'à programmer vos prochaines dates de visite de ces lieux emblématiques du véhicule de collection.