Différentes catégories de permis de conduire

Pour circuler en scooter, voiturette, voiture, moto, quad ou bateau, il faut être obligatoirement titulaire d’une catégorie de permis de conduire.

Pour l’obtention d’une catégorie de permis de conduire, il faut avoir réussi à une épreuve théorique et à une épreuve pratique.

Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur les différentes catégories de permis de conduire.

Le permis cyclomoteur (catégorie AM)

La catégorie de permis AM autorise la conduite dès 14 ans d’un cyclomoteur (motocyclette d’une cylindrée de moins de 50 cc).

Pareillement, elle autorise la conduite d’une voiturette (quadricycles légers).

Elle est délivrée après avoir suivi une formation d’une durée minimale de 8 heures.

Bon à savoir : Cette catégorie de permis est exclue de la réglementation du permis à points. Le conducteur n’est donc pas susceptible de perdre des points, et ne s’expose pas à l’annulation de son permis.

Le permis auto (catégorie B)

La catégorie de permis B autorise la conduite d’une automobile dont le poids en charge ne dépasse pas 3,5 tonnes.

Le véhicule ne doit pas compter plus de 9 places assises (conducteur inclus).

L’obtention du permis B est soumise à des conditions d’âge, de formation et de réussite à un examen composé d’une épreuve théorique (connaissance du code de la route) et d’une épreuve de conduite.

Bon à savoir : Par PTAC, il faut entendre le poids du véhicule à vide, la charge maximale des marchandises transportées ainsi que le poids maximal du chauffeur et de l’ensemble des passagers.

Le permis moto (catégories A1 et A2)

Tout comme le permis B, l’obtention des permis A1 ou A2 est soumise à des conditions d’âge, de formation et de réussite à un examen composé d’une épreuve théorique générale moto et d’une épreuve pratique.

Le permis moto de catégorie A1

Il s’adresse à tout conducteur d’une motocyclette dont :

  • la cylindrée n’excède pas 125 cc ;
  • la puissance n’excède pas 11 kW ;
  • le rapport puissance/poids est inférieur à 0,1 kW par kilogramme.

Le candidat doit :

  • être âgé d’au moins 16 ans ;
  • avoir réussi l’épreuve théorique générale moto (code de la route moto) ;
  • justifier d’un minimum de 20 heures de cours de conduite, dont 8 sur piste et 12 sur route pour être autorisé à se présenter à l’examen du permis A1.

Le permis moto de catégorie A2

Il s’adresse à tout conducteur d’une motocyclette dont :

  • la puissance n’excède pas 35 kW ;
  • le rapport puissance/poids est inférieur à 0,2 kW/kg et qui n’est pas issue d’un modèle développant plus de 70 kW.

Le candidat doit :

  • être âgé d’au moins 18 ans ;
  • avoir obtenu l’épreuve théorique générale de l’examen du code de la route moto ;
  • avoir suivi un minimum de 20 heures d’apprentissage à la conduite moto (8h sur piste et 12h sur route) pour pouvoir se présenter à l’examen du permis A2.

L’épreuve théorique du permis moto

Jusqu’en 2020, l’examen du permis moto était identique à celui des candidats au permis auto.

Depuis mars 2020, un examen spécifique est désormais obligatoire.

Il comprend 9 thèmes :

  • la circulation routière ;
  • le conducteur ;
  • la route ;
  • les autres usagers ;
  • les notions diverses ;
  • la mécanique et les équipements ;
  • les équipements de protection et de sécurité ;
  • l’environnement ;
  • les premiers secours.

L’examen s’adresse à l’ensemble des candidats inscrits au permis de conduire des catégories A1 et A2.

L’épreuve dure 30 minutes.

Pour réussir l’examen théorique, le candidat doit correctement répondre à 35 questions sur 40.

Une fois réussi, il est valable 5 ans, et dans la limite de 5 présentations à l’épreuve pratique.

L’épreuve pratique du permis moto

L’épreuve pratique permet de vérifier si les connaissances acquises, les aptitudes et le comportement des candidats leur permettent de prendre la route en toute sécurité.

L’épreuve hors circulation

L’épreuve hors circulation dure 15 minutes.

L’examinateur évalue les différentes aptitudes du candidat :

  • la gestion de l’équilibre avec ou sans passager ;
  • la connaissance et l’utilisation des diverses commandes ;
  • les techniques d’évitement et de freinage.
L’épreuve en circulation

L’épreuve en circulation dure environ 40 minutes.

Le candidat ne peut se présenter à cette épreuve qu’à la condition d’avoir réussi l’épreuve hors circulation.

L’examinateur évalue ses différentes aptitudes à :

  • s’arrêter et repartir en toute sécurité dans la circulation après un arrêt ;
  • emprunter des lignes droites et négocier des courbes ;
  • changer de direction et franchir des intersections ;
  • utiliser des voies d’accélération et de décélération ;
  • maîtriser les dépassements et les croisements de véhicules tiers ;
  • maîtriser la technique de la trajectoire de sécurité.

Pour réussir l’épreuve en circulation, le candidat doit obtenir 21 points sur 27 possibles.

Bon à savoir : Pour réussir l’épreuve en circulation, le candidat ne doit pas commettre d’erreurs éliminatoires telles que : non-respect des priorités, franchissement d’une ligne continue, circulation en sens interdit, non-respect des limitations de vitesse, non-respect d’un arrêt à un stop ou feu rouge.